Le big data entraine une importante consommation d’électricité dans le monde, en grande partie pour faire fonctionner les data centers. Ces infrastructures ont bien sûr besoin d’électricité pour faire tourner les serveurs 24h/24 et 7j/7, mais également pour alimenter leur climatisation nécessaire au refroidissement de ces mêmes serveurs.

Face à cette hausse de la consommation d’électricité qui menace l’environnement et plus largement face à l’impact énergétique et environnemental du big data, de plus en plus d’entreprises décident d’agir.

logo bleu sur le big data

Recyclage et matériaux plus durables

Pendant très longtemps l’homme ne s’est pas vraiment soucié des ressources et de l’impact des déchets. À cette époque, l’humanité semblait se représenter la terre comme un vivier inépuisable et indestructible. Depuis, les mentalités ont bien changé, poussées par les recherches scientifiques.

Et s’il a fallu beaucoup de temps entre le début de la prise de conscience et les véritables évolutions dans nos comportements, les actions commencent enfin à accélérer.

Le recyclage en est l’une des illustrations. Certes, il n’est pas encore parfait, mais il est ancré dans la mentalité de la plupart des gens, mais également dans celles des entreprises. En effet, en plus de recycler leurs déchets, les sociétés sont de plus en plus nombreuses à privilégier l’utilisation de matières recyclables quand c’est possible et à limiter au maximum le plastique.

Le recyclage en lui-même est un secteur qui inspire les entreprises pour proposer des produits faciles à recycler et conçus dans des matières bio dégradables.

De même, les objets réutilisables retrouvent peu à peu leur place au profit des objets jetables. On pense notamment au retour des mugs à la place des gobelets en carton ou en plastique. Plus globalement, certaines entreprises ont opté pour des matériaux plus durables afin de réduire l’impact sur l’environnement et l’impact énergétique.

Un big data plus propre

Comme nous l’avons souligné en introduction, le big data consomme énormément d’électricité. Pour réduire cet impact énergétique des entreprises, et notamment Google, ont décidé d’augmenter la part d’énergie renouvelable dans l’électricité utilisée pour leurs data centers. À terme, l’objectif est d’utiliser uniquement de l’électricité verte.

Les data centers dégagent beaucoup de chaleur. Pour réduire ce gaspillage, certaines entreprises récupèrent cette chaleur afin de chauffer des bâtiments : appartements universitaires, piscines municipales…

Cette action a un double effet puisqu’elle permet aussi de réduire l’utilisation de la climatisation et donc de réduire la consommation d’électricité, alors que la climatisation représente environ 50% de la consommation électrique d’un data center.

Délocalisation vers quels pays?

Dans le même ordre d’idée, les data centers se délocalisent de plus en plus vers les régions nordiques dans l’optique de profiter d’un refroidissement naturel.

Le big data peut également avoir un impact énergétique avantageux en permettant de récolter et d’analyser des données qui permettent de trouver des solutions optimisées pour réduire la pollution, diminuer la consommation électrique et résoudre diverses autres problématiques environnementales.

Ces entreprises sont encore minoritaires, surtout à l’échelle mondiale, mais elles donnent l’exemple.

Et quand il s’agit de géants comme Google ou Facebook, on peut espérer un mécanisme d’imitation qui pousse de plus en plus de grandes entreprises à réduire leur impacte énergétique et environnemental, ce qui leur permet en plus d’améliorer leur image.